[Vita] Récapitulatif du hack PS Vita (avril 2015)

Mise à jour du 01/10/2016 : Une grosse mise à jour de ce récapitulatif a été publiée à cette adresse ! Je garde ce récapitulatif en ligne pour les curieux, mais ayez bien en tête qu’il est aujourd’hui complètement obsolète !

Vous l’attendiez avec impatience (ou pas), le voici comme promis : l’article qui aura pour mission de récapituler toute l’activité hack PS Vita, ce afin de vous permettre de :

  • Comprendre pourquoi est-ce que le hack de la PS Vita est si “lent” et où est-ce que les hackers en sont ;
  • Connaître les hacks de la PS Vita en cours ;
  • Savoir que faire/quelles sont les meilleures solutions pour hacker aujourd’hui sa PS Vita ;
  • Imaginer le futur du hack PS Vita.

Prêt ? Eh bien… let’s go !

On a fait les choses en grand cette fois-ci, avec une vignette spéciale + un nouveau logo ! :PMerci encore à @Windvern

On a fait les choses en grand cette fois-ci, avec une vignette spéciale + un nouveau logo ! 😛
Merci encore à @Windvern


Pré-requis :

Comment ça des pré-req Je vous demanderai simplement de vous assurer d’avoir du temps devant vous pour ne pas lire cet article en diagonale. Vous pouvez en revanche sauter directement à la partie qui vous intéresse le plus, mais une fois la lecture commencée, ne vous interrompez pas ou vous risquez de rien piger ! 😛


Le hack Vita, pourquoi ça prend du temps ?

On ne va pas se voiler la face, mais le hack de la PlayStation Vita avance trèèèès lentement. Du moins, si on le compare à celui de sa grande sœur la PlayStation Portable, qui avait déjà été hackée avant même sa sortie officielle dans nos contrées. Qu’est-ce qui explique un tel retard ?

Pour commencer, il faut se remettre dans les contextes : en 2004, date de sortie de la PSP, la sécurité informatique n’est pas vue comme un élément nécessaire à la réalisation d’un produit software, que ce soit un système, un site, un logiciel, etc. De ce fait, la PSP a été réalisée à partir de la PS2, les experts ayant d’ailleurs rapidement trouvé de nombreux points communs surtout au niveau hardware des deux consoles (mais bon, le hardware on s’en fiche pas mal), et le constat qu’on pouvait tirer du système PSP est qu’il était efficace, fluide, facile d’accès… mais peu sécurisé.

XMB PSP photo PS3 Wave

Le XMB de la PSP

Seulement voilà, depuis quelques années, la sécurité informatique s’est ancrée comme étant l’un des facteurs essentiels à la réussite d’un projet d’envergure, soit plus ou moins “gros”. Je dis ça mais en réalité, ça vaut aussi aux indépendants – comme nous par exemple -, il est effectivement obligatoire de sécuriser un minimum son ou ses oeuvre(s) pour ne pas se voir infesté à l’heure actuelle. Sachez par exemple que sur Custom Protocol, nous utilisons des moyens de sécurisation divers et variés via des plugins WordPress de qualité et que sans eux, les commentaires seraient tout bonnement inondés de bots, ces derniers arrivant tout de même à s’inscrire quelques fois (c’est dire).

Bref, il était inconcevable pour Sony d’imaginer le successeur de la PSP subir le même sort, à savoir être hacké de partout et ce dès son lancement. C’est pourquoi la PS Vita est aussi sécurisée (deux fois plus que la PS3 !) et qu’il est aussi difficile de concevoir des hacks ou de trouver des failles. Quand on se penche d’un peu plus près à l’actualité hack de la PS Vita, ça saute aux yeux : la quasi-totalité des exploits trouvés jusqu’ici permettent simplement d’émuler une PSP hackée, côté 100 % Vita, c’est presque le néant complet.

Bon, c'est pas non plus le néant complet vu qu'on a découvert une faille webkit, mais presque... u_U

Bon, c’est pas non plus le néant complet vu qu’on a découvert une faille webkit, mais presque… u_U

La sécurité très renforcée de la bête joue un rôle important dans l’avancement du hack, mais il faut prendre en compte plusieurs autres choses. Tenez, je vais vous poser une petite question, à votre avis : pourquoi s’intéressait-on autant au hack de la PSP de 2005 à 2010, et pourquoi à l’inverse peu de gens s’intéressent au hack de la PSV depuis son lancement (2011) ? La réponse est toute bête : c’est parce qu’il y a 10 ans, les smartphones n’existaient pas, ou plutôt ne possédaient pas l’ampleur qu’on leur connaît aujourd’hui. Or quel était le but premier du hack PSP à l’époque ? Lancer des programmes non-signés par Sony, c’est-à-dire des homebrews (jeux faits maison), des plugins, des émulateurs, etc.

Aujourd’hui, avec les smartphones, il est devenu très simple de créer ses propres jeux indépendants et de les partager à une communauté grandissante et forcément plus volumineuse que celle de la PS Vita. De plus, il est possible d’émuler une panoplie de consoles (même la PSP est émulable grâce à PPSSPP) et d’utiliser des petits MODs permettant de customiser un maximum son Android rooté ou son iPhone jailbreaké. En clair, les smartphones sont devenus depuis quelques temps le nouveau terrain de jeu préféré des développeurs indépendants et des hackers.

Screenshot de PPSSPP tournant sur un Android

Screenshot de l’émulateur PPSSPP tournant sur un Android

Autre chose avant de boucler cette partie, il faut savoir que même si les meilleurs rétro-ingénieurs (pour rappel, la rétro-ingénierie consiste à comprendre le fonctionnement de quelque chose afin de pouvoir modifier son comportement) se mettaient à travailler sérieusement sur la PSV, cela leur prendrait énormément de temps avant d’aboutir à un vrai hack complet de la console. Pourquoi ? Parce qu’un problème “circulaire” empêche d’avancer rapidement, je m’explique : il faut pouvoir avoir accès au code avant de tenter de l’exploiter, jusque-là on est d’accord, sauf que pour y accéder, il est nécessaire de l’exploiter.

Je vous vois déjà relire 3 fois ma dernière phrase pour essayer de mieux capter et vous précipiter dans les commentaires pour me poser des questions du style “mais alors, comment a-t-on réussi à hacker la PSP ?”. Eh bien, là ça rejoint le premier point : la sécurité, mon bon enfant. Sur la PSP, et même sur d’autres appareils d’ailleurs, il est simple d’accéder aux fichiers du firmware. Sur le tout premier firmware 1.00 par exemple, il a suffit que quelqu’un arrive à accéder aux fichiers système et constate que les modules du kernel n’étaient pas cryptés pour les analyser et trouver un exploit.

Alors que la PS Vita, à côté, possède un firmware sécurisé comme pas possible : déjà qu’il n’est pas possible d’accéder aux fichiers système (et même sur une carte mémoire !), tous les fichiers et données sont proprement cryptés et très peu de “zones d’interaction” sont présentes (à part CMA, il est impossible d’être “relié” à la PS Vita). Bref, elle fait chier et fuir les hackers cette conne. 😛

Le message que retiennent les hackers en voulant essayer de s'attaquer à la petite mais robuste PS Vita...

Le message que retiennent les hackers en voulant essayer de s’attaquer à la petite mais robuste PS Vita…


Bon, mais y a bien des hacks en cours j’espère ?

Ça, c’est malheureusement difficile à dire… Oui, il y a certainement des codeurs qui planchent là-dessus et consacrent leurs temps libres à ça, mais évidemment tout ceci reste dans l’ombre, à l’instar des hacks PS4, afin que Sony ne soit au courant de rien et ne puisse pas anticiper le coup en publiant un patch qui ruinerait leurs travaux et espoirs.

Ce que je sais, c’est que le développeur japonais 173210 travaille actuellement sur la réalisation de Custom Bubbles “impatchables”. Il m’a promis de m’en créer une du VHBL mais je n’ai pas reçu de réponse de sa part depuis quelques semaines maintenant. Un autre développeur anonyme aurait également trouvé un moyen de rendre les Custom Bubbles “impatchables”, mais nous n’en savons pas plus non plus…

Qui ne rêverait pas d’une Custom Bubble aussi classe ? Crédits photos : @Windvern

Qui ne rêverait pas d’une Custom Bubble aussi classe ? 😎
Crédits photos : @Windvern

On peut peut-être citer le projet uOFW, qui consiste en une énorme rétro-ingénierie des modules du firmware officiel 6.60 PSP, mais je doute que ça serve à grand chose pour la PS Vita, vu le peu de ressemblance entre les deux systèmes. Sachez aussi pour finir qu’un autre exploit est actuellement en cours et qu’il vise peut-être toutes les régions du globe. Niveau hack PS Vita à proprement parler, comme dit plus haut, je ne sais rien de ce qu’il se trame… Ah si, des devs travaillent sur la réalisation de thèmes customisés non-officiels, mais à ce sujet-là je n’ai pas le droit de vous en dire plus. 😛

Pour en revenir vite fait à l’exploit webkit, je reprendrai le tweet du codeur Yifanlu : “si vous ciblez un appareil sécurisé, à partir du moment où il y a une faille webkit, il y a une ouverture”. Je consacrerai un article entier à ce sujet, mon dossier étant déjà assez long comme ça, mais retenez bien ce que je viens de vous dire. ;)


Que faut-il que je fasse pour hacker ma Vita ?

On va faire ça par “catégories” dans lesquelles je vous laisse vous situer comme un grand. Commençons par les deux catégories suivantes : “Possédant au moins un exploit” et “Ne possédant aucun exploit”.

 Je possède au moins un exploit sur ma Vita  Je ne possède aucun exploit, gloups

Et c’est un exploit usermode

Et c’est un exploit kernel

Que l’on soit bien d’accord : cela signifie que vous n’avez accès qu’au VHBL, c’est cela ? Si oui, eh bien tout ce que je peux vous conseiller est de le garder en attendant le prochain exploit kernel, en sachant que vous pourrez transférer le jeu sur votre PSV non à jour grâce à l’une de ces techniques. Jetez tout de même un coup d’œil à notre liste des exploits, si vous possédez sur votre PS Vita un jeu qui se trouve être utilisé pour un exploit de type kernel destiné à votre firmware ou supérieur, vous pouvez essayer de le lancer sur votre console portable et jouir des bonheurs d’un exploit kernel et passer au tableau suivant !

Bon, vous avez donc accès à un eCFW, par exemple l’ARK ou un TN ? Parfait, vous pouvez vous rendre au tableau suivant.

Eh bien… Vous pouvez vous rendormir en attendant le prochain exploit ! 😛 Surtout, dans la mesure du possible essayez de ne pas mettre à jour votre PS Vita, à moins que vous soyez un forcené des trophées (coucou @fanou71 :P) ou du multi d’un jeu quelconque.

  • Si vous êtes en 3.18 ou inférieur + que vous avez un compte PSN associé à votre Vita, je vous suggère d’y rester, notamment si vous possédez une PS3 qui vous permettra de transférer de façon très simple les futurs jeux exploités via cette méthode. 
  • Si vous êtes en 3.18 ou inférieur + que vous avez un compte PSN associé à votre Vita mais ne possédez en revanche pas de PS3, eh bien… Demandez à un ami de vous la prêter le jour où un exploit kernel sortira ! 😛 Sinon, vous pouvez toujours mettre à jour vers le firmware 3.36 (mais pas en 3.50 !), qui permet de nombreuses fonctionnalités ainsi que de se connecter au PSN via un proxy. Pour ce faire, consultez ce tuto !
  • Si vous êtes en 3.18 ou inférieur mais que vous n’avez pas de compte PSN associé à votre Vita… Eh ben, je vous félicite pas, va falloir mettre à jour, je pense que c’est la seule solution ! x)
  • Si vous êtes en 3.36 : c’est parfait, restez-y ! Sauf si vous avez pas de compte PSN associé à la console, dans ce cas vous êtes prêt pour passer par la case “mise à jour en 3.50” et perdre de nombreuses chances de hacker votre PSV…
  • Si vous êtes en 3.50 : bon, réjouissez-vous, vous pouvez au moins vous targuer de pouvoir utiliser tous les services en ligne de PlayStation !

Si vous lisez ceci, je vous rappelle que c’est parce que vous possédez un exploit kernel

Je suis en 3.36 ou inférieur

Je suis en 3.50

Même que je suis en 3.18 (ou inférieur) !

Moi j’ai un firmware compris entre 3.20 et 3.36 (inclus) !

C’est très bien, dans ce cas je vous conseille d’installer le TN-V10 si vous possédez un jeu exploitable, car il s’agit de la version la plus stable, ou bien le TN-X (lien disponible en bas de l’article associé) qui est tout aussi génial (et compatible avec la PS TV en plus !). Vous pouvez également vous amuser à créer des Custom Bubbles qui vous seront sûrement bien utiles, et profiter un tout petit peu du hack natif (testez donc le premier vrai homebrew natif de la PS Vita, un pong). Dans ce cas, je vous conseille d’installer le TN-V11. L’ARK a ses avantages mais ne fait clairement pas le poids face à l’eCFW de Total_Noob (porté par Qwikrazor87 sur les derniers firmwares), qui permet de lancer quasiment tous les homebrews, les émulateurs, les plugins et même les jeux PS one avec un son parfait. Amusez-vous aussi avec les Custom Bubbles et patientez un peu : le hack natif sur 3.36 devrait (peut-être) être prochainement au programme…
 Dans ce cas, si vous possédez le jeu World of Pool (Pool Hall Pro chez les US) ou Ape Quest (version US), vous pouvez tenter d’installer le TN-V11, mais la plupart des membres ont rapporté que ça ne marchait pas très bien avec le jeu de billard (dans ce cas, contentez-vous de l’ARK)… Sinon, vous pouvez attendre le prochain exploit dont je vous avais parlé plus haut. 

Voilà, si vous n’avez pas réussi à vous placer dans une case, félicitations : soit vous êtes au mauvais endroit soit vous ne possédez pas (encore ?) de PlayStation Vita. 😛

Pour rappel, il est aujourd’hui seulement possible de :

  • Lancer des homebrews PSP ;
  • Lancer des émulateurs PSP ;
  • Lancer des jeux PSP ;
  • Lancer des jeux PS one ;
  • Utiliser des plugins PSP ;
  • Lancer quelques petits trucs côté hack natif comme le Package Installer ou Pong, premier homebrew natif.

Le futur du hack de la PS Vita ?

Oulalah, vous m’en posez une question dure… Disons que je ne suis pas devin (de rien pour cette première), et que je ne peux calculer avec précision la durée qui s’écoulera jusqu’à ce que l’on parvienne à hacker la PlayStation Vita. @yaounshow avait lu quelque part que cela pourrait prendre 5 à 10 ans, ce n’est pas impossible… Je pense tout de même que dans 2/3 ans, on aura déjà avancé de quelques mètres en plus, mais vu la vitesse a laquelle on va…

En sachant qu’il ne faut pas oublier qu’un événement totalement inattendu peut intervenir n’importe quand, aussi bien demain que dans une semaine, un mois, un an ou plusieurs années. Souvenez-vous du leak d’une cinquantaine d’exploits ePSP qui avait été organisé par Acid_Snake afin de rassembler les devs autour du hack natif et non de ce hack “dépassé”. Qui nous dit qu’un événement encore plus rocambolesque ne peut pas survenir du jour au lendemain ?

Quoi ? Encore un imprévu ?

Quoi ? Encore un imprévu ?

Bref, cette question reste encore sans réponse… Concernant les possibilités que la console offrirait en étant hackée, elles sont aussi diverses que variées : imaginez-vous tous les pluginshomebrews, émulateurs (PS2 ?), thèmes et shells faisables… Néanmoins, comme l’a dit E. Mounier : “L’histoire ne se fait pas sans la volonté de l’homme”, autrement dit sans programmeurs plus ou moins experts en la matière et volontaires, nous n’arriverons pas à grand chose. Alors que ça courait les rues au temps de la PSP, force est de constater que leur nombre s’est divisé par 10 avec l’arrivée de la PS Vita…


Voilà, si vous avez toujours une question qui vous trotte dans la tête, hésitez pas à me la poser dans les commentaires, j’essaierai de mettre à jour mon dossier afin d’y répondre le mieux possible ! 🙂