[Vita] TUTO – Custom Bubbles : créez vos propres “bulles” sur PS Vita

Le voilà enfin : le tant attendu tutoriel en français pour créer ses propres custom protocol bubbles sur sa PS Vita chérie ! Ce tutoriel complet, repris de celui rédigé en anglais par The Z, vous guidera pas à pas dans la création de “bulles” (dites bubbles en anglais) customisées pour votre console portable : de l’installation d’OpenCMA/QCMA à la préparation des fichiers, de la création du faux EBOOT.PBP signé au déplacement de tous les fichiers nécessaires au bon endroit, etc.

Bravo et merci à Windvern pour son image (sur)réaliste !

Bravo et merci à @Windvern pour son image (sur)réaliste !


Partie I : hacker sa bulle

0. Avant de commencer :

Tout d’abord, sachez pour commencer qu’il est obligatoire d’avoir accès à un logiciel de gestionnaire de fichiers via un exploit pour installer sa première “bulle personnalisée”. Au choix, soit un eCFW (pour les firmwares inférieurs ou égaux à 3.20) ou un VHBL (pour les firmware 3.30 et plus).

Sachez aussi qu’après avoir crée vos bulles, vous n’aurez plus besoin d’un quelconque exploit. Cela sous-entend que vous pourrez tranquillement mettre à jour votre console en 3.36 par la suite : vos bulles fonctionneront toujours, et vous pourrez continuer à en créer (pour l’instant).

Il est également important de souligner, avant de commencer, que certains jeux ne doivent pas être utilisés comme “base” pour une custom bubble : en effet, certains sont “limités” et ne peuvent accepter plus de contenu que ce qu’ils possèdent déjà. C’est le cas pour :

  • En 3.3X : les jeux de l’exploit 3.18 (liste dispo ici) et les MiniS* ;
  • En 3.1X : les MiniS* ;
  • En 3.0X ou inférieur : aucun jeu MiniS ni PSP (n’est bloqué) ;
  • Pour tout firmware : tous les jeux PS Vita, PS Mobile ou PS1 !

* : sauf les MiniS qui utilisent des fonctions online.


1. Installer les fichiers pré-requis :

Commencez par télécharger l’utilitaire VHBL pour “bubble” : celui-ci servira à lancer quasiment tous vos jeux homebrews PSP sur votre Vita et servira d’exemple.

Je vous conseille vivement de créer un dossier spécial dans votre dossier de Téléchargements ou votre bureau (pas ailleurs, sinon une étape ne pourra pas être réalisée) afin de regrouper les fichiers nécessaires à la création de nos custom bubbles et de ne pas trop s’y perdre.
Instructions disponibles iciHomebrew non signé

VHBL (bubble)

Téléchargez ensuite un jeu qui servira de support pour une custom bubble (il doit donc naturellement être déjà installé sur votre PS Vita) : rendez-vous pour ce faire sur le site officiel de Sony Entertainment Network (PSN), puis connectez-vous y avec votre compte à l’aide du bouton bleu “Sign in” tout en haut à droite. Une fois connecté, rendez-vous sur cette page afin de consulter la liste de tous vos médias téléchargés depuis le PlayStation Store ou le site du SEN directement, et trouvez dans votre liste un jeu qui puisse vous servir de base (référez-vous à la liste plus haut pour savoir quel type de jeu choisir).

Le jeu surligné (Beta Bloc) fera l’affaire

Une fois votre jeu PSP ou MiniS choisi, cliquez sur le lien “Télécharger” à droite : un fichier ayant une extension en “.xpd” devrait apparaître dans votre dossier de téléchargements.

Un fichier en .xpd ? o_O

Un fichier en .xpd ? o_O

Bien, il est temps maintenant de s’attaquer au logiciel de transfert de données, à savoir le Content Manager Assistant, plus communément appelé le CMA. Rendez-vous sur nos fiches concernant CMA puis téléchargez le CMA correspondant à votre firmware ainsi que l’Open CMA correspondant toujours à votre firmware.

Après cela, téléchargez le fichier fake_np 1.0, un programme qui vous permettra d’insérer un ISO ou homebrew dans un fichier PBP du PSN. En d’autres termes, cela permettra de simuler un jeu officiel “signé” qui certifiera à votre système PS Vita qu’il s’agit bel et bien d’un jeu téléchargé depuis le PlayStation Store.

Instructions disponibles iciHomebrew non signé

fake_np 1.0

Bien, il est temps maintenant… De télécharger encore un autre logiciel ! 😛 Décidément, ça n’arrête pas me direz-vous, mais je préfère que l’on fasse ça un à un pour bien tout vous expliquer. Du nom de PKGView, cet utilitaire permet d’explorer le contenu des fichiers pkg, utilisés par Sony pour ses jeux et DLC téléchargés depuis le PS Store ainsi que l’installation d’applications, mais aussi par les hackeurs PS3 pour installer des homebrews sur leur console. Bref, vous vous doutez donc de l’utilité de cette application dans la création de nos custom bubbles.

Instructions disponibles iciHomebrew non signé

PKGView 1.3

Enfin, l’avant-dernier dernier logiciel à posséder (car oui, il y en a encore un… même d’autres) est un gestionnaire et extracteur d’archives. Je vous conseille 7zip ou WinRar, le premier étant mon petit préféré, mais les deux s’égalent et sont tout aussi recommandables l’un que l’autre. Finalement, téléchargez Notepad++, éditeur de textes de niveau supérieur comme l’indiquent ses “++” prenant en charge de nombreux langages de programmation. Une fois téléchargés, installez directement ces 2 logiciels (7zip ou WinRar + Notepad++) sur votre PC et supprimez les fichiers d’installation. C’est bon, vous y êtes ? Bien !

7zip_winrar_gui

7zip et WinRar sont tous les deux de très bons logiciels de compression et de gestion d’archives


2. Installation d’OpenCMA :

On va enfin pouvoir commencer les choses sérieuses… Tout d’abord, récapitulons : vous êtes censé avoir dans votre dossier réservé aux custom bubbles 5 archives : une pour le VHBL, une pour le CMA, une pour l’OpenCMA ou QCMA, une pour le fake_np et une dernière pour le PkgView sans oublier le jeu en .xpd. Ouvrez celle renfermant CMA et extrayez son contenu. Un fichier exécutable (.exe) devrait être apparu : lancez-le en double-cliquant dessus puis choisissez la langue que vous souhaitez avant de laisser le logiciel installer le CMA sur votre ordinateur (aucun risque, ne vous inquiétez pas).

installation content manager assistant

L’installation du CMA devrait ne durer que quelques secondes

Pendant l’installation, profitez-en pour extraire le contenu des autres archives sauf celle de l’OpenCMA, qu’il faudra extraire ailleurs et plus tard. Vérifiez bien que vous ayez un nouveau dossier portant le doux nom de “VHBL01234” et 3 fichiers exécutables : “fake_np.exe”, “seboot.exe” ainsi que “PkgView.exe”. Je vous conseille de créer un nouveau dossier pour les deux premiers logiciels du fake_np afin de ne pas vous emmêler les pinceaux. Une fois ceci fait, vous pouvez supprimer vos 4 archives en prenant soin de garder celle de l’OpenCMA !

N’extrayez ni ne supprimez pas l’archive renfermant l’OpenCMA : nous en aurons besoin autre part !
dossier special custom bubbles

Voilà à quoi devrait ressembler votre dossier

Bien, l’installation du CMA s’est achevée ? C’est parfait, on va pouvoir passer à la suite ! Tout d’abord, vérifiez bien que vous trouvez une petite icône en forme de bulle noire sur la barre du menu “Démarrer” : c’est celle du CMA. Cliquez droit dessus et sélectionnez “Paramètres”, et prenez soin de voir où se trouvent vos fichiers partagés, notamment ceux des applications et copies de sauvegardes (dernière ligne de la fenêtre normalement, nous en aurons besoin plus tard). Si tout est OK, quittez CMA en cliquant droit à nouveau sur la petite bulle et sélectionnez cette fois-ci “Quitter”. Il est temps pour nous de patcher ce cher gestionnaire de contenu, désormais…

Mémorisez la dernière ligne : c'est le chemin vers vos sauvegardes de jeux !

Mémorisez la dernière ligne : c’est le chemin vers vos sauvegardes de jeux dont nous aurons besoin plus tard !

Ouvrez l’archive contenant les fichiers de l’OpenCMA, puis ouvrez votre Poste de Travail (C:). Rendez-vous dans “Program Files -> Sony -> Content Manager Assistant”. Le dossier “Program Files” peut se nommer “Program Files (x86)” selon votre PC sous Windows. Maintenant que vous vous trouvez dans le dossier des fichiers du CMA, sélectionnez l’intégralité des fichiers de votre archive ouverte plus tôt (ctrl+A) et glissez-les dans ce fameux répertoire “Content Manager Assistant”. Patientez quelques micro-secondes puis ouvrez le fichier “run.bat” (man… roh c’est bon, faut bien rigoler un peu… :3) avec les droits d’administrateur (cliquez droit sur le fichier et vous devriez trouver par vous-même) : une fenêtre noire avec des caractères blancs dignes d’un Commodore 64 s’ouvre et a déjà patché votre CMA avant même que vous ne puissiez dire “ouf” !

Si vous ne trouvez pas de dossier “Content Manager Assistant”, vérifiez que vous n’ayez pas un autre dossier “Program Files (x86)” sur votre PC. Pensez aussi à ouvrir le fichier run.bat avec les droits d’administrateur, sinon cela ne fonctionnera pas !
Résumons : il faut d'abord glisser-déposer tous les fichiers présents dans l'archives de l'OpenCMA vers le dossier du CMA officiel puis lancer le run.bat avec les droits d'amin...

Résumons : il faut d’abord glisser-déposer tous les fichiers présents dans l’archives de l’OpenCMA vers le dossier du CMA officiel puis lancer le run.bat avec les droits d’amin…

Enfin, il ne vous reste plus qu’à lancer CMAWatcher.exe, un logiciel qui se chargera de lancer l’application du patch en un rien de temps (ce sera si bref que vous ne remarquerez probablement rien). Vous aurez peut-être repéré deux fichiers “CMA.exe” : le premier s’agit du CMA patché, le second (suivi normalement d’un ~) de l’ancien CMA “officiel”. Mais rassurez-vous, pratiquement rien n’a changé, la seule modification est au niveau software pour permettre de transférer du contenu sur sa console sans la mettre à jour.


3. Téléchargement et extraction du jeu :

Oooooké, bon, on retourne dans notre cher dossier spécial custom bubbles. Vous avez installé Notepad++, n’est-ce pas ? Si vous cliquez droit sur votre fichier .xpd, une ligne “Edit with Notepad++” devrait donc normalement apparaître : sélectionnez cette option et admirez la nouvelle fenêtre qui s’ouvre à vous. Repérez ligne 12 l’énorme lien qui se trouve après “C=” : il s’agit du lien direct qui vous permettra de télécharger votre jeu sous forme de package (d’où la nécessité de télécharger PKGView… tout s’explique !). Copiez-le et collez-le dans la barre d’adresse de votre navigateur : une fenêtre de téléchargement s’affiche et vous demande de confirmer le télécharger du fichier .pkg. Acceptez, naturellement.

notepad++ custom bubbles vita xpd pkg

Copiez le lien ligne 12 après “C=” et collez sur votre navigateur pour télécharger un .pkg

Après avoir déplacé votre fichier .pkg au nom à rallonge dans votre dossier spécial qui vous occupera encore pas mal, ouvrez le fameux PKGView 1.3. Cliquez sur “File -> New” et trouvez votre ficher ou bien glissez directement celui-ci dans le bloc de droite du logiciel. Rendez-vous ensuite dans “USRDIR -> CONTENT” pour trouver l’EBOOT.PBP qui sera votre meilleur ami durant ce tutoriel. Cliquez droit dessus et sélectionnez la première option “Extract to source folder”. Un nouveau dossier contenant le même nom à rallonge devrait être apparu : récupérez votre EBOOT.PBP extrait et copiez-le pour le coller à la racine de votre dossier spécial.

pkgview 1.3 screenshot extract eboot

Démonstration en image


4. Patcher le VHBL (exemple) :

Pour ceux qui ont déjà installé la custom bubble (ou pas) et qui désirent créer une custom bubble d’un autre homebrew : reportez-vous directement à l’étape 4.5 ! ;)

Sélectionnez l’EBOOT.PBP ainsi que le VHBL.ISO et déplacez-les dans le dossier fake_np que je vous ai prié de créer, et ouvrez-le ensuite : 4 fichiers devraient s’y trouver au total. Renommez EBOOT.PBP en ce que vous souhaitez, par exemple PSN.PBP ou LOL.PBP car le fake_np créera un second PBP patché qu’il faudra alors utiliser comme EBOOT. Vous me suivez ?

Voilà ce que votre dossier fake_np devrait contenir

Voilà ce que votre dossier fake_np devrait contenir

Vous vous souvenez que j’avais dit qu’il fallait se trouver absolument dans un dossier de Téléchargements ou sur le bureau ? Ce n’était pas que pour vous ennuyer, mais bien pour une raison précise : essayez de cliquez droit en maintenant Shift (Majuscule) : une nouvelle ligne “Ouvrir une fenêtre de commandes ici” est apparue !

Une nouvelle ligne est apparue : c'est magique ! *o*

Une nouvelle ligne est apparue : c’est magique ! *o*

Évidemment, sélectionnez-la pour voir apparaître une étrange fenêtre noire. Je ne vais pas rentrer dans les détails, mais tapez exactement ce qui suit :

Remplacez “NOM” par le nom de l’EBOOT.PBP que vous avez renommé, et “NOM2” par le nom provisoire de l’EBOOT.PBP patché que nous devrons utiliser. Appuyez sur la touche “Entrée” puis quittez la fenêtre de commande afin de retourner au dossier du fake_np. Un nouveau fichier PBP est apparu : c’est celui qui a été patché, renommez-le en EBOOT2.PBP. Celui-ci possède exactement les mêmes propriétés que le jeu que vous avez téléchargé, seul son contenu aura été modifié : au lieu de lancer votre titre, c’est donc le VHBL que vous lancerez.

Après avoir tapé vos commandes, un nouveau fichier .PBP devrait être apparu : renommez-le EBOOT.PBP

Après avoir tapé vos commandes, un nouveau fichier .PBP devrait être apparu : renommez-le EBOOT.PBP

Ouvrez une nouvelle fenêtre de votre explorateur de fichiers et rendez-vous au dossier où se trouvent les applications et copies de sauvegardes de votre PS Vita (si vous ne vous en souvenez pas, clic droit sur la “mini-bulle du CMA -> Paramètres -> Dossiers -> Fichiers d’applications \ de copies de sauvegardes”). Rendez-vous ensuite dans le dossier “PSAVEDATA -> Nom compliqué avec des chiffres et des lettres” puis glissez-y cette fois le dossier “VHBL01234” présent sur votre dossier spécial custom bubbles. Messieurs, il est temps de sortir votre PS Vita !

dossier copies sauvegardes eboot + vhbl

La sauvegarde “VHBL01234” (droite) n’est autre que celle présente dans le dossier réservé aux custom bubbles qui a été glissée-déposée


4.5 Patcher un homebrew :

Cette étape est réservée à ceux qui désirent installer un autre programme que le VHBL. Si ce n’est pas le cas (si c’est donc bel et bien le VHBL que êtes en train d’essayer d’installer), sautez à l’étape 5.
4.5.1 Convertir un EBOOT.PBP d’un jeu en ISO :

Créez, dans votre dossier spécial custom bubbles, un dossier qui sera réservé au homebrew que vous souhaitez utiliser (par exemple : Vita FTP). Puis téléchargez 2 nouveaux logiciels (ça faisait longtemps ! :P) : EBOOT2ISO, pour convertir comme son nom de l’indique pas l’EBOOT.PBP de votre homebrew en EBOOT.BIN, ainsi que UMDGen, qui servira à convertir l’EBOOT.BIN en ISO.

Instructions disponibles iciHomebrew non signé

EBOOT2ISO 1.1

Instructions disponibles iciHomebrew non signé

UMDGen 4.0

Attention : il faut que le homebrew ou ISO choisi ne dépasse pas la taille du jeu servant de support !

Premièrement, extrayez les deux logiciels dans le dossier Homebrew que vous venez de créer ainsi que votre homebrew (dans notre exemple : Vita FTP), puis lancez EBOOT2ISO1_1.EXE. Une nouvelle fenêtre s’ouvre, avec 2 champs : pour le premier “From EBOOT”, cliquez sur le bouton “Load…” et trouvez l’EBOOT.PBP de votre programme. Profitez-en pour récupérer via Ctrl+C dans la barre en haut le chemin vers votre dossier spécial Homebrew, sans aller jusqu’au dossier de ce dernier évidemment.

Profitez-en pour copier le chemin vers le dossier Homebrew

Profitez-en pour copier le chemin vers le dossier Homebrew

Sélectionnez l’EBOOT.PBP puis cliquez sur OK, puis dans le champ “To directory” d’EBOOT2ISO, cliquez sur le bouton “Select…” et sur la nouvelle fenêtre qui s’ouvre, copiez via Ctrl+V le chemin menant à votre dossier spécial Homebrew. Enfin, cliquez sur “OK” puis sur “Convert!”, et quittez le logiciel.

Screenshot de EBOOT2ISO

Screenshot de EBOOT2ISO

Retournez vous plonger dans votre dossier spécial, et naviguez jusqu’à “PSP_GAME\SYSDIR” (crée par le logiciel que nous avons utilisé plus haut) afin de récupérer l’EBOOT.BIN de votre jeu/utilitaire. Glissez-le dans le dossier fake_np, puis ouvrez une nouvelle fenêtre de commandes en maintenant Shift et en cliquant droit.

L'intérieur du dossier fake_np. Ne faites pas attention à "BetaBloc.PBP"

L’intérieur du dossier fake_np. Ne faites pas attention à “BetaBloc.PBP”

Sur la nouvelle fenêtre de commande noire, tapez la ligne suivante :

Une fois votre EBOOT.BIN signé, supprimez l’original et renommez le fichier “EBOOT_SIGN.BIN” en “EBOOT.BIN”. Glissez-le dans votre dossier “Homebrew\PSP_GAME\SYSDIR” à la place de l’ancien non-signé. Ouvrez maintenant le logiciel UMDGen et glissez-y le dossier “PSP_GAME”. Il ne vous reste plus qu’à sauvegarder le tout comme un ISO en vous rendant dans “File -> Save As -> Uncompressed (*.iso)” et en nommant votre back-up comme vous le souhaitez.

Enregistrez le tout en tant qu'ISO

Enregistrez le tout en tant qu’ISO

4.5.2 Patcher votre homebrew :

Vous vous souvenez de l’EBOOT.PBP du jeu que vous avez extrait via PKGView ? Renommez-le par le nom de votre jeu (par exemple : BetaBloc.PBP) et glissez-le dans le dossier “fake_np”, et faites de même pour l’ISO que vous venez de créer.

Vous devriez avoir un dossier fake_np semblable à cela

Vous devriez avoir un dossier fake_np semblable à cela

Maintenant Shift enfoncée et cliquez droit, puis choisissez l’option “Ouvrir une fenêtre de commandes ici”. Tapez sur la fenêtre qui s’ouvre exactement ce qui suit :

Remplacez “NOM” par le nom de l’EBOOT.PBP que vous avez renommé, et “NOM2” par le nom provisoire de l’EBOOT.PBP patché que nous devrons utiliser. Appuyez sur la touche “Entrée” puis quittez la fenêtre de commande afin de retourner au dossier du fake_np. Un nouveau fichier PBP est apparu : c’est celui qui a été patché, renommez-le en EBOOT2.PBP. Celui-ci possède exactement les mêmes propriétés que le jeu que vous avez téléchargé, seul son contenu aura été modifié : au lieu de lancer votre titre, c’est donc le homebrew que vous lancerez.

Rassurez-vous : votre ordinateur n'a pas été hacké par la NASA, nous venons simplement de patcher votre homebrew !

Rassurez-vous : votre ordinateur n’a pas été hacké par la NASA, nous venons simplement de patcher votre homebrew !

Bien, il est temps de retourner sur votre chère Vita !


5. Détourner la protection du dossier PSP et des EBOOT.PBP :

Vous avez votre PS Vita entre les mains ? Ok, let’s go ! Si c’est le VHBL que vous souhaitez installer, ouvrez l’application “Gestion du contenu” et sélectionnez “Copier du Contenu de PC à PS Vita”. Choisissez ensuite “Applications”, “Sauvegardes” (PSOne ou PSP selon votre jeu) puis copiez la sauvegarde se nommant VHBL dans les sauvegardes PSP.

ps vita copier sauvegarde

Pensez à bien récupérer la sauvegarde qui permettra de lancer le VHBL (sauvegarde PSP). Ne faites pas attention à la sauvegarde Patapon u_u

Bien, à l’aide d’un programme vous permettant d’accéder à votre carte mémoire (PSPFiler, Vita FTP…), nous allons maintenant apprendre à contourner les protections anti-modification de fichiers mises en place par Sony. Si vous utilisez Vita FTP (qui sera utilisé pour ce tutoriel), utilisez un logiciel tel que FileZilla afin de vous connecter à votre système puis allez dans “Fichier -> Gestionnaire de sites -> Nouveau site” et ne changez que le champ “serveur” par l’IP indiquée par console ainsi que les “Paramètres de transfert”, en cochant “Actif” pour “Mode de transfert” et en limitant le nombre de connexions simultanées à 1.

Au-dessus : l'écran de la Vita faisant tourner Vita FTP ; En bas : les configurations de FileZilla à effectuer

Au-dessus : l’écran de la Vita faisant tourner Vita FTP ; En bas : les configurations de FileZilla à effectuer

Vous voilà devant une liste de dossiers. Si vous êtes en 3.35 ou inférieur, modifiez simplement le dossier “PSP” en “PSP2” pour contourner la protection, si vous êtes en 3.36, consultez cette astuce. Allez ensuite dans le dossier “PSP -> GAME” puis trouvez votre jeu (naviguez parmi les ICON0, vous le trouverez bien un jour) : renommez-le en ajoutant à la fin de son nom un “&”. Et voilà, plus qu’à créer un dossier (clic droit et vous trouverez seul) portant exactement le même nom que celui de notre jeu, sans le “&” évidemment : votre PS Vita “croira” que c’est celui-là le bon, or nous savons très bien qu’en fait non, mouahahah, puisque nous allons y glisser… l’EBOOT.PBP, oui !

Le dossier avec "&" contient le vrai jeu, tandis que celui nouvelle crée contiendra l'EBOOT.PBP de tout à l'heure !

Le dossier avec “&” contient le vrai jeu, tandis que celui nouvellement crée contiendra l’EBOOT.PBP de tout à l’heure !

Dans la fenêtre de gauche (fichiers présents sur votre ordinateur), rendez-vous au dossier fake_np comprenant votre EBOOT2.PBP. Glissez-le dans le faux dossier de votre jeu (celui sans le “&”), puis renommez-le “EBOOT2.PBP..” (oui, avec deux points à la fin). En fait, si vous l’aviez nommé EBOOT.PBP, la PS Vita l’aurait détecté et aurait empêché ce changement de nom, or si vous ajoutez deux points à la fin, elle ne fait pas le rapprochement ! Re-renommez votre “EBOOT2.PBP.. et supprimez le “2” ainsi que dernier point (seulement le dernier, laissez-en un) : votre console devrait maintenant détecter qu’il y a un “point final” en fin de fichier et le supprimera alors automatiquement : votre EBOOT.PBP est donc fonctionnel ! Vous pouvez vérifiez tout cela en cliquant droit puis en choisissant l’option “Actualiser” : le “EBOOT.PBP.” a dû laisser place à un “EBOOT.PBP”. Magique.

Magie ! *o*

Magie ! *o*

Enfin, pensez absolument à re-renommer votre dossier “PSP2” en “PSP”, cet oubli pouvant causer un formatage complet forcé de votre carte mémoire ! Pour les PS Vita en firmware 3.36 : “PSP2” -> “PSP..” -> “PSP.”.

renommer psp2 psp ftp custom bubbles

N’oubliez surtout pas !

Au cas où vous lisez le tuto en diagonale, ce qui est à la fois une grossière erreur et une grossière insulte envers le travail de votre dévoué rédacteur, j’ai crée cette petite boîte d’alerte avec fond rouge pour attirer votre rétine : “Pensez à renommer absolument votre dossier “PSP2” ou “PSP..” en “PSP” ! Autrement, votre PS Vita vous affichera un beau message vous demandant de formater votre console…

6. Redémarrage de la console :

Cependant, tout n’est pas encore fini, il faut maintenant que votre PS Vita mette à jour sa base de données… Maintenez POWER enfoncée 3 secondes, puis cliquez sur “Éteindre”. Une fois votre console complètement éteinte, retirez la carte mémoire puis rallumez-la : elle devrait vous indiquer, après les traditionnels logo de PlayStation et message d’attention, qu’elle effectue une mise à jour de sa base de données.

Celle-ci devrait être très rapide. Une fois sur votre LiveArea, ré-éteignez votre PS Vita en maintenant POWER et en touchant “Éteindre”. Ré-insérez votre carte mémoire puis redémarrez votre console, celle-ci devrait une nouvelle fois mettre à jour sa base de données. Attendez patiemment, puis une fois sur le LiveArea, essayez de démarrer le jeu qui vous servait de support pour la custom bubble (dans notre exemple, Beta Bloc) : il devrait lancer le VHBL et non le jeu !

Beta Bloc devrait lancer le VHBL

Beta Bloc devrait lancer le VHBL

… Quoi, vous n’êtes pas heureux au plus haut point ? A un point tellement haut que vous côtoyez la tour Eiffel et êtes prêt à me faire don de 500 000«&nbsp€ ? Bon, en effet, la bulle n’est pas si “customisée” que cela puisqu’elle affiche encore la vignette et le nom du jeu, mais ça, c’est dans la partie 2 que ça se trouve ! ;)

Bravo d’avoir lu ce tutoriel, et n’hésitez pas à indiquer en commentaire si vous êtes bloqué sur une étape, si j’ai mal écrit certaines choses ou bien tout simplement à me féliciter ! 8D


Partie II : customiser sa bulle

Re-bonjour, vous ai-je manqué ? J’espère que oui, dans tous les cas nous allons attaquer maintenant la seconde partie du tutoriel (qui sera beaucoup plus courte, je vous rassure) : la customisation de sa bulle !

1. Les pré-requis :

Ça vous avait manqué ça aussi, pas vrai ? 😛 Bref, téléchargez en premier lieu le PBOOT du VHBL (c’est celui que nous utiliserons pour exemple), c’est le fichier qui permettra à la PS Vita de “savoir” qu’afficher sur le LiveArea (menu principal de la console). Une fois l’archive téléchargée, extrayez-la directement dans votre dossier spécial custom bubbles :

Instructions disponibles iciHomebrew non signé

VHBL PBOOT

Téléchargez en second lieu Hex Editor XVI32, un logiciel qui permet d’éditer les fichiers PBP hexadécimaux (extrayez également son contenu dans votre dossier) :

Instructions disponibles iciHomebrew non signé

Hex Editor XVI32

Enfin, téléchargez PBP Unpacker, qui est quant à lui un logiciel permettant de changer l’apparence de nos fichiers EBOOT.PBP (vous connaissez la chanson) :

Instructions disponibles iciHomebrew non signé

PBP Unpacker


2. Customiser sa bulle :

Vous avez tout en main ? Bien, commençons par ouvrir le fichier PBOOT.PBP fraîchement extrait avec PBP Unpacker. Dans le cas présent, vous verrez qu’il y a déjà une image, mais il est possible de la customiser en cliquant droit sur les 3 éléments plus bas (PARAM.SFO, DATA.PSP, DATA.PSAR) et en choisissant l’option “Send to new” (ne sélectionnez pas l’ICON0.PNG puisque c’est elle la fameuse icône qu’il va falloir changer). Ne changez rien aux autres valeurs, cliquez simplement sur le bouton “…” à côté de “ICON0.PNG” et choisissez votre image, qui doit avoir obligatoirement les dimensions suivantes : 144×80. Enfin, sauvegardez grâce à bouton “Save” en haut.

pbp unpacker pboot extraction création

Changeons l’icône de ce PBOOT…

Bien, ouvrez maintenant le logiciel HEX Editor qui nous servira à éditer le nom de la bulle. Commencez par trouver l’ID du jeu auquel est associé le PBOOT.PBP du VHBL, dans notre cas ligne 187, et remplacez cet ID (dans le cas du VHBL, NPUG80318) par l’ID du jeu vous servant comme support pour votre custom bubble (retour au dossier du jeu où l’EBOOT.PBP a été extrait si vous ne vous ne souvenez plus), ici ULES00792 pour Beta Bloc.

Changeons l'ID du jeu auquel est associé ce PBOOT...

Changeons l’ID du jeu auquel est associé ce PBOOT…

Trouvez ensuite la ligne un peu plus bas où est écrit VHBL : c’est le nom du programme. Malheureusement, vous ne pourrez le renommer qu’en 4 lettres puisque tout est agencé d’une façon précise, et ce n’est pas parce qu’il y a du blanc à côté de VHBL que vous pouvez vous permettre de rajouter un lettre : cela décalerait tout le code et rendrait opérationnel votre PBOOT. Moi, par exemple, je le renommerai WHBL, pour Wirus évidemment. 😎

Changeons aussi le nom de ce PBOOT, la la la...

Changeons aussi le nom de ce PBOOT, la la la…


3. Transférer le PBOOT sur sa Vita :

Bien, il est temps de retourner rapidement sur votre PS Vita pour lancer Vita FTP ! Si vous avez suivi mes consignes plus haut, vous avez normalement crée sur votre client FTP (FileZilla) un “site” appelé PS Vita et étant réglé pour interdire la connexion à d’autres utilisateurs. Si c’est le cas, connectez-vous à votre PS Vita. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à revoir la partie où je parle de FileZilla plus haut.

Connectez-vous à votre PS Vita

Connectez-vous à votre PS Vita

Modifiez votre dossier “PSP” en “PSP2” comme je vous l’ai expliqué plus haut aussi, puis naviguez jusqu’à arriver au dossier de votre jeu original (dans notre exemple, ULES00792&). Une fois dessus, pensez à trouver également votre PBOOT.PBP dans la fenêtre gauche de FileZilla, qui n’est autre qu’un explorateur des fichiers présents sur votre ordinateur.

Ayez un écran semblable au mien

Ayez un écran semblable au mien

S’il se nomme PBOOT.PBP, pensez à le renommer en PBOOT2.PBP puis transférez-le dans le dossier de votre bulle : après un court instant, il devrait s’être installé. Plus qu’à suivre la même démarche que pour l’EBOOT.PBP : supprimez le “2” puis ajoutez à la fin du fichier deux points, de sorte à avoir “PBOOT.PBP..”, puis retirez un seul point pour donner “PBOOT.PBP.” qui sera automatiquement renommé par la machine en “PBOOT.PBP”, qui n’aime pas les points se baladant tout seul à la fin du nom d’un fichier.

Mission réussie !

Mission réussie !

Bien évidemment, n’oubliez surtout pas de renommer votre dossier “PSP2” en “PSP” avant de quitter Vita FTP.


4. Redémarrages de votre console :

Comme lorsque l’on voulait mettre à jour les données du jeu Beta Bloc, il va falloir mettre à jour ici la présente du fichier PBOOT.PBP. Éteignez complètement votre PS Vita en maintenant POWER 3 secondes, retirez sa carte mémoire puis redémarrez votre console : la reconstruction de la base de données devrait durer 3/4 secondes. Une fois sur le LiveArea de votre console, insérer votre carte mémoire : un message s’affichera vous demandant de redémarrer la PS Vita une seconde fois pour utiliser le Memory Stick. Validez et attendez patiemment le redémarrage de votre machine puis sa mise à jour de sa base de données et… je vous laisse aller voir par vous-même ! 🙂

On a crée notre WHBL personnalisé ! *o*

On a notre WHBL personnalisé ! *o*


J’espère que ce tutoriel (trèèès long) vous aura servi à installer votre ou vos custom bubbles ! Pour toute question, n’oubliez pas qu’il y a les commentaires. ;) Et n’oubliez pas non plus que, si tout a fonctionné, vous pouvez me remercier en laissant un simple petit commentaire, cela me touchera énormément et m’aidera à continuer ce que je fais. :’3 Dans tous les cas, merci et bravo d’avoir lu ce tutoriel en entier, et à bientôt !

La custom bubble CFTP : Custom File Transfer Protocol ! 8-)

La custom bubble CFTP : Custom File Transfer Protocol ! 😎