Custom Protocol

TEST/TUTO – Imprimante 3D résine : la Longer Orange 30

On vous fait un retour sur la Longer Orange 30, l'imprimante 3D résine milieu de gamme qui fait concurrence à la ELEGOO Mars !

Bien le bonjour lecteur ! Depuis quelques années, la technologie d'impression 3D s'est démocratisée de façon (anormalement ?) drastique, au point de permettre à n'importe quel consommateur, pour peu qu'il ne soit pas SDF, de s'offrir une imprimante plastique 3D.

Le principal problème de ces imprimantes 3D dites FDM (qui se caractérisent par le dépôt de matière successif par « couches », ici plastiques, sur un plateau chauffant ou non), reste malheureusement leur qualité d'impression, compensée toutefois par leur rapidité. En effet, bien que ces dernières permettent de réaliser de belles pièces pour certaines, cela n'en est pas moins frustrant pour les personnes qui souhaitent concevoir des figurines tout en voulant garder les petits détails essentiels.

Vous pouvez voir les limites ici d'une imprimante dite FDM
Vous pouvez voir les limites ici d'une imprimante dite FDM

C'est donc pour pallier à ce problème que les imprimantes 3D à résine existent. Et ça tombe bien : c'est par ailleurs le sujet de cette review, qui porte sur l'une de ces imprimantes, j'ai nommé la Longer Orange 30 (ouais ça claque hein) !

Mais dis-moi Francis, comment ça fonctionne et quelles sont les différences ?

Un inconnu fort aimable

Eh bien, la différence dans le fonctionnement entre une imprimante FDM (fonctionnant au plastique) et une imprimante résine (DLP, SLA...) réside dans le fait qu'au lieu d'utiliser une « tête » d'impression qui va se balader pour déposer de la matière sur un plateau, c'est de la résine photosensible (c'est-à-dire, réactive à la lumière UV) qui va être déposée dans un bac avec un écran LCD suivi d'un panneau à leds UV juste en dessous de ce dernier.

Cette explication vaut pour le type SLA, type qui est utilisé ici avec la longer Orange 30 (voir schéma).

Petit schéma fait maison du fonctionnement d'une imprimante à résine
Petit schéma fait maison du fonctionnement d'une imprimante à résine

Pour faire simple, le panneau à leds UV tout en bas va rester allumé (ou pas, cela dépend de votre configuration), votre écran LCD lui va s'éteindre et ne laisser allumer que la « couche » qui va servir à imprimer la pièce, qui va elle-même solidifer la résine qui collera au plateau dans le bac (ouf, j'espère que vous m'avez suivi).

Le principal avantage face aux imprimantes FDM, c'est bien évidemment sa qualité d'impression impossible à obtenir avec ces dernières. L'autre bon point à prendre en compte, c'est que l'on peut faire des pièces techniques et utilisables (comme par exemple des vis ou des boîtes ouvrables avec un système de coulissement) en une seule fois, sans avoir à imprimer d'autres pièces à côté.

Les désavantages maintenant, c'est bien évidemment le temps d'impression. En effet, le temps ici ne dépend pas du nombre d'objets à imprimer (car chaque objet sur une même couche se fait en même temps et non un par un, comme une imprimante FDM classique) mais bien de la hauteur de l'objet en question. Pour vous donner un ordre d'idée, pour un objet d'environ 8 centimètres de hauteur, vous allez y rester pour environ 5 heures (pour 9 secondes par couche). On peut aussi prendre en compte le fait que le « post-traitement » des pièces est relativement cher (pour peu que vous utilisiez de la résine classique) et vous demandera beaucoup de matériel et de produits chimiques, comme de l'alcool IPA à 99 %, des gants, des masques, des filtres à charbon, etc. C'est donc un réel investissement !

Bien, maintenant que tout est clair, passons au test de cette formidable imprimante ! 😀


I) Déballage et installation

La première chose à voir, c'est bien évidemment où se procurer ce bijou ! Pour ma part, je me la suis procurée la veille de Noël sur le revendeur Gearbest en réduction (environ 240 € avec la livraison accélérée). Arrivée chez moi, la boîte s'est présentée comme ceci (attention au poids qui est relativement lourd, surtout si vous avez un livreur incompétent qui vous le jette dans les bras) :

Une très grosse boîte
Une très grosse boîte

Afin de l'ouvrir, servez-vous du sens indiqué sur la boîte (marqué ici par un « This way up »). Lorsque vous vous serez débarrassé du scotch, vous tomberez sur ceci :

Imaginez ma joie à ce moment
Imaginez ma joie à ce moment

Vous tomberez donc nez à nez avec un guide de démarrage imagé en couleur (écrit en anglais), ainsi qu'un film FEP de rechange (qui servira à remplacer celui du bac de résine lorsque celui-ci  aura pris un coup de vieux). Vous y trouverez aussi deux filtres MAN permettant de filtrer la résine. Retirez le second carton pour trouver un petit kit de démarrage (qui vous évitera ainsi d'acheter des gants, masques et autres pour votre première impression) :

Tout en haut, on y retrouve les plaques anti-UV qui permettront de former le caisson de protection de l'imprimante (à assembler). En dessous (en bleu), on y retrouve une paire de gants en nytrile, 4 cales imprimées en 3D afin de faciliter l'assemblage du caisson anti-UV, le tout accompagné d'une lingette de nettoyage ainsi que de deux cartes (qui serviront à faire la mise à niveau du plateau pour que la résine colle sur cette dernière).

À gauche, on y trouve un échantillon de résine couleur beige peau de 250 g (ce qui est peu mais suffisant pour faire quelques impression), avec une spatule au centre bisauté (une première pour moi) facilitant le retirage des pièces. À droite on y retouve le (fameux) plateau, avec en dessous le câble d'allimentation suivi de son adaptateur tout en bas à gauche.

Retirez tous les éléments ainsi que le polystyrène

Enfin, après avoir retiré tous les éléments ainsi que le polystyrène, on tombe sur la bête en question. Retirez-la tout doucement (ne faites pas le bourrin hein) et placez-la sur un endroit plat et stable. Maintenant, dégagez le carton et mettez en commun toutes les pièces, il faut construire le caisson anti-UV :

Laissez-là couverte afin de ne pas mettre de la poussière dans le fond du bassin de résine
Laissez-là couverte afin de ne pas mettre de la poussière dans le fond du bassin de résine

Bien, munissez-vous des plaquettes anti-UV (cinq au total) et commencez par décoller les protections lentement (je précise, car une fois déchirée c'est très long et chiant de se rattraper, donc prenez votre temps) :

Prenez votre temps, n'utilisez pas de couteau afin de ne pas rayer la plaquette (et ne pas vous blesser par la même occasion)
Prenez votre temps, n'utilisez pas de couteau afin de ne pas rayer la plaquette (et ne pas vous blesser par la même occasion)

Une fois le film protectreur retiré des deux côtés, vous devriez vous retrouver avec cinq plaquettes :

Munissez-vous des élastiques ainsi que des cales fournies
Munissez-vous des élastiques ainsi que des cales fournies

Munissez-vous donc des quatres cales fournies dans le kit ainsi que des deux élastiques, puis assemblez le tout. Je vous conseille d'être à deux pour cette étape (même si j'ai réussi à la faire tout seul) afin d'éviter d'y passer 25 minutes, cette étape étant très fastidieuse. Après avoir assemblé ceci, vous devriez vous retrouver finalement avec ce magnifique couvercle assemblé :

N'est-il pas beau ?
N'est-il pas beau ?

Bien, avant d'arborer fièrement votre imprimante de sa coiffe, nous allons passer directement à la mise à niveau du plateau. Cette étape est cruciale afin d'avoir un plateau à la bonne hauteur qui va adhérer à la première couche de la résine. Si la première couche ne tient pas, c'est que soit votre mise à niveau est mauvaise, soit que votre temps d'exposition est trop bas (nous y reviendrons plus tard.).

Pour commencer cette étape, enelvez la « bâche » recouvrant votre imprimante, puis dévissez les deux vis du bassin afin de le retirer :

Lorsque vous aurez retiré le bassin, munissez-vous des deux cartes à jouer fournies dans le kit de base, puis prenez-en une seule sur les deux. Par la suite, placez l'une de ces cartes sur l'écran LCD, puis branchez l'imprimante afin de l'allumer

Munissez-vous d'une des deux cartes puis placez-la sur l'écran LCD
Munissez-vous d'une des deux cartes puis placez-la sur l'écran LCD

Ensuite, placez le plateau sur son socle et serrez la vis principale. Par la suite, utilisez la clé à laine fournie dans le kit de démarage, puis dévissez les quatres vis latérales du plateau afin de le laisser « mou » dans ses mouvements. Ceci permettra au plateau d'être à la bonne hauteur lorsqu'il touchera la carte, carte qui permettra de faire la différence de hauteur entre le film FEP et la résine.

Lorsque vous aurez démarré l'imprimante après l'avoir branchée, naviguez dans le menu « Settings » via l'écran tactile (je vous conseille d'utiliser une des clés à laine fournies dans le kit afin d'avoir une meilleure détection du toucher, l'écran étant résistif), puis de sélectionner l'option « Auto leveling » :

Assurez-vous qu'il n'y ait rien d'autre en dessous que la carte à jouer !
Assurez-vous qu'il n'y ait rien d'autre en dessous que la carte à jouer !

Le plateau devrait descendre jusqu'en bas. Attendez que ce dernier termine de bouger, puis resserez les quatres vis latérales afin de le garder à tout jamais dans la même position, et donc d'avoir une mise à niveau parfaite.

Maintenant, il ne vous reste plus qu'à remonter le plateau via la commande indiquée sur l'écran afin de laisser de l'espace pour pouvoir remettre le bassin qui accueillera la future résine.

Et... ça y est, votre imprimante est prête à imprimer ! 😀


II) Première impression et préambule

Avant toute chose, sachez que la résine est dangeureuse pour la santé. Le contact avec la peau est très dangereux et peu causer de grosses allergies qui, pour certaines personnes, peuvent dégénérer et partir très loin, y compris pour les émanations de la résine. Veillez donc à bien vous protéger (port de masque à filtre, gants, lunettes et vêtements dédiés en cas d'éclaboussure sont obligatoires) ainsi que de ne pas laisser le matériel à la portée d'enfants ou toute personne non avertie et un peu trop curieuse.

Ni moi, ni Custom Protocol ne pourra être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation avec la résine.

Maintenant que tout cela est clair, je vous conseille (personnellement) de vous procurer un purificateur d'air (celui-ci est très bien) et de mettre votre imprimante dans un endroit où vous n'y serez pas, afin d'éviter l'émanation de gaz toxique.

Lorsque ces étapes auront été soigneusement respectées, je vous invite à prendre la clé USB fournie dans le kit et de la brancher à l'arrière de votre imprimante. Ceci fait, ouvrez le capot, versez de la résine (jusqu'à moitié du bassin environ, ne mettez pas à ras-bord car le plateau va faire déborder le surplus lorsqu'il touchera le fond).

Versez suffisesamment pour que lorsque le plateau descende il y ait ce niveau de résine
Versez suffisamment pour que lorsque le plateau descende il y ait ce niveau de résine

Une fois que ceci sera fait, sur le menu de votre imprimante, naviguez dans l'onglet « File » (qui devrait être en orange si vous avez bien branché la clé USB), puis choisissez un fichier de test parmis la liste. Personnellement, je vais choisir le casque de stormtrooper zombie. 🙂

Malheureusement, j'avais filmé un timelapse pour vous montrer l'impression, mais je l'ai perdu (pour une raison mystérieuse). Je vais donc vous montrer le résultat final directement, puis dans un second temps vous expliquer le post-traitement des pièces.

Voici donc le résultat, tout à fait bluffant (j'étais surpris, on aurait dit que la pièce était moulue tellement les détails sont invisibles) :

Les détails sont justes dingues ! C'est impossible d'obtenir une pièce comme celle-ci avec une imprimante FDM
Les détails sont justes dingues ! C'est impossible d'obtenir une pièce comme celle-ci avec une imprimante FDM

Bluffant n'est-ce pas ? Je me répète, mais j'ai vraiment été bluffé, je ne m'attendais pas à une aussi bonne qualitée d'impression !

Maintenant, passons au plus intéressant, comme vous le savez, le but ici est de savoir imprimer n'importe quelle pièce (trouvable sur internet ou modélisée par vos soins, au choix). Pour cela, installez Chitubox, un slicer (programme qui permet de découper les pièces en « couches » afin qu'elles soient lisibles par votre imprimante) en suivant ce lien.

Installez le programme, puis lancez-le. Vous devriez arriver sur cette page de bienvenue vous demandant de choisir votre imprimante :

Séléctionnez le modèle Longer puis Orange 30
Séléctionnez le modèle Longer puis Orange 30

Parfait, le logiciel devrait tout configurer pour vous, jusque-là il ne vous reste plus qu'à cliquer sur le bouton à gauche intitulé « Settings » afin de rentrer dans les paramètres, que je vous explique ce qu'il y a à configurer :

Naviguez directement dans l'onget « Print » et suivez les instructions
Naviguez directement dans l'onget « Print » et suivez les instructions

La première option « Layer height » vous permet de configurer la hauteur de couche, c'est à dire la distance qu'il y aura entre une couche et une autre. On peut tout de suite remarquer que 0,05 mm est très bas, ce qui donne donc une excellente qualitée d'impression. Plus ce paramètre sera bas, meilleure sera la qualité d'impression (et plus longue elle sera aussi, forcément).

Le second paramètre est aussi crucial. C'est celui qui va déterminer le nombre de premières couches qu'il y aura avant de débuter l'impression. Plus ce paramètre sera haut, meilleure sera l'adhésion au plateau et meilleurs seront les succès d'impressions.

Le troisième est le plus important (avec le suivant), c'est le temps d'exposition aux UV auquel la couche sera affectée. Plus le temps sera court, moins la résine aura le temps de se solidifier et donc le taux d'échec sera élevé. Plus le temps sera long, et plus la pièce aura de chance de se « casser » et l'impression durera une éternité (il faut se dire qu'en général une grande figurine a environ 1 200 couches, multipliez ce nombre par le nombe de secondes, puis convertissez cela en heure... Vous verrez que l'on frôle les 4h si l'on met à 12 secondes !). Personnellement je laisse cela à 9 secondes, parfois 11 selon mon humeur.

Celui d'en dessous est similaire au premier, sauf qu'ici on parle des premières couches (qui dépendent du paramètre n°2). Il faut impérativement mettre un temps supérieur ou égal à 50 secondes pour avoir une bonne adhésion et éviter l'échec. Personnellement, je laisse toujours à 90 secondes histoire d'être sûr à 100 %.

Enfin, ne touchez pas au reste, cela n'est plus nécessaire et ne changera pas grand chose (pour le moment en tout cas ; lorsque vous vous sentirez plus à l'aise, vous pourrez jeter un coup d'œil à « Advanced »).

Maintenant, il est temps d'y mettre notre modèle ! Allez faire un tour sur Thingiverse et trouvez-y un modèle qui vous plaît bien. En ce qui me concerne, j'ai opté pour une figurine de Boba Fett. Pour mettre votre modèle dans le logiciel, rien de plus simple ! Cliquez sur l'enveloppe en haut à gauche puis séléctionnez le modèle que vous voulez. Lorsque ceci sera fait, vous trouverez votre modèle au centre du « plateau » virtuel :

Il est beau, n'est-ce pas ?
Il est beau, n'est-ce pas ?

Il faut savoir qu'il est préférable de pencher la pièce de travers afin que celle-ci adhère mieux à la surface du plateau, comme ceci :

Pour ce faire, rien de plus simple. Effectuez un double clic gauche sur la pièce en question et faites glisser l'anneau rouge afin de faire pivoter la pièce comme ci-dessus.

Maintenant, il est temps de placer les supports ! Pas de panique, le logiciel s'en charge tout seul, et même plutôt bien. Cliquez sur l'onglet en haut à droite pour accéder à un nouveau menu :

Afin de gagner du temps, je vous propose d'utiliser les mêmes paramètres que moi que je vous donne (gentiment) juste en dessous, le seul paramètre que vous aurez à changer (selon votre envie) sera le diamètre des supports, ici noté en « Light » pour léger, « Médium » pour moyen (celui que j'utilise le plus souvent), puis « Heavy » qui correspond à des supports bien solides, plutôt conçu ici pour des grosses pièces avec moins de détails.

Servez-vous, c'est offert !
Servez-vous, c'est offert !

Parfait, maintenant, cliquez sur le bouton « +All » afin de mettre des supports de partout, y compris entre les espaces sur la pièce (la différence avec l'option « +Platform » et celle-ci, est que « +Platform » va se contenter de mettre des supports uniquement du plateau jusqu'à la pièce, tandis que l'option « +All » va en mettre de partout, y compris s'il y a un espace directement dans la pièce).

Selon votre ordinateur ainsi que la pièce à « supporter », cela peut prendre un certain temps. En attendant, je vais vous faire installer un plugin à destination de Chitubox pour que celui-ci prenne en charge nativement la conversion du fichier au format « longer » qui est uniquement lisible par l'imprimante (c'est un format propriétaire à Longer si vous préférez).

Téléchargez donc le fichier ci-dessous :

Bouton télécharger

Séléctionnez votre version de Windows ou Linux, selon votre OS, puis naviguez à travers Chitubox.

Suivez les instructions sur la capture d'écran ci-dessous. Lorsque vous aurez cliqué sur le bouton « Import plugin », séléctionnez simplement le plugin précedemment téléchargé afin que celui-ci s'installe :

Suivez les encadrés bleus
Suivez les encadrés bleus

Parfait ! De retour à nos moutons, vous devriez remarquer que la pièce est totalement « salie » par ces supports. Ne vous en faites pas, ils sont fait pour être retirés facilement et ne laisseront pas de marque (sauf si vous faites n'importe quoi évidemment).

Un point important maintenant est le « vidage » de la pièce; En effet, si vous imprimez la pièce telle quelle, cela fonctionnera mais vous gaspillerez énormément de résine pour rien (sauf si vous souhaitez absolument avoir une pièce pleine pour une raison X), dans mon cas je pense qu'une figurine n'a pas besoin d'autant de résine, aors je préfère laisser du « vide » à l'intérieur pour ne pas gaspiller des dizaines de millilitres de résine. Pour ce faire, cliquez en haut sur le bouton « Hollow » (voir la capture d'écran ci-dessous) et laissez les paramètres tels quels, puis cliquez sur « Start » et voyez la pièce se « vider » comme par magie :

Cliquez sur « Start » et voyez la magie s'opérer
Cliquez sur « Start » et voyez la magie s'opérer

Parfait, dernière étape avant de cliquer sur « Slice », cliquez sur le bouton à droite de l'option « Hollow » que nous avons utilisée précedemment, puis placez-y un trou dans la figurine afin de pouvoir y faire passer la résine qui se serait piégée dans la pièce après impression. Pour cela séléctionnez un endroit non dérangeant pour vous, et faites un clic gauche sur la pièce.

L'objet imprimé n'étant pas « plein » (souvenez-vous qu'on l'a « vidé » pour éviter d'utiliser trop inutilement de résine), au moment de la « fermeture » de celui-ci, de la résine peut rester piégée à l'intérieur. Ce n'est pas dérangeant en soi, mais le fait de mettre un trou pour pouvoir la laisser s'échapper par là permet d'éviter d'entendre des bruits de liquide en secouant la pièce ou de voir de la résine se balader si l'on a utilisé de la résine transparente.

Parfait ! Il ne vous reste plus qu'à cliquer sur « Slice » à droite. Votre ordinateur va faire tous les calculs nécessaires (qui sont plutôt longs), donc patientez le temps que le PC fasse le boulot. Lorsque c'est fini, vous devriez avoir cet écran :

On y est presque !
On y est presque !

À gauche, vous verrez ce que votre écran LCD va afficher (en blanc sera là où la lumière UV va passer afin de « solidifier » la résine). Si cela vous convient, cliquez sur « Save », insérez votre clé USB et naviguez dans celle-ci jusqu'au dossier « longer3D », et enfin enregistrez votre pièce.

Attention à bien séléctionner le bon type de fichier (« .lgs30 ») :

Vérifiez bien le type de fichier, c'est important !
Vérifiez bien le type de fichier, c'est important !

Parfait ! Maintenant, il ne reste plus qu'à insérer le fichier dans la machine, de séléctionner votre modèle et de l'imprimer ! 

Après que votre imprimante ait terminée d'imprimer, vous devriez avoir votre plateau remonté à bloc. Avant toute chose, équipez-vous avec des gants, lunettes, masque et vêtements prévus (afin de ne pas détruire inutilement votre tee-shirt Lacoste à 800 €). Ensuite, retirez délicatement le plateau afin d'avoir une vue sur l'objet en question :

Oui, le modèle n'a rien à voir avec le modèle précédent (et j'en ai profité pour changer la résine d'origine avec une résine transparente)
Oui, le modèle n'a rien à voir avec le modèle précédent (et j'en ai profité pour changer la résine d'origine avec une résine transparente)

Retirez donc le plateau en dévissant la vis du dessus, puis apportez le plateau au-dessus d'un bain d'alcool isopropylique. Utilisez votre spatule bisautée fournie dans le kit de l'imprimante. Faites attention à ne pas abimer le plateau en le rayant. Normalement cela devrait se faire sans aucun soucis.

Faites donc tomber l'impression dans le bain d'alcool (port d'un masque obligatoire !) et badigeonnez votre pièce afin de retirer la résine encore liquide sur la pièce. Le fait d'utiliser l'alcool ici va permettre de dissoudre le reste de résine encore liquide (et non solide) qui pourrait laisser des traces lors du passage aux UV afin de solidifier le tout. :

Hop hop hop ! On trempe !
Hop hop hop ! On trempe !

Laissez bien dissoudre une bonne dizaine de minutes tout en frottant avec une brosse à dent à poils souples, de préférence.

Lorsque ce sera terminé, prenez un bac que vous remplirez d'eau, puis trempez-y la pièce afin de la nettoyer de l'alcool. Ne videz en aucun cas ce bac d'eau dans l'évier, les déchets contenus pourraient détruire la faune et les océans, y compris pour l'alcool. Veillez donc à mettre, une fois utilisés, vos déchets dans un bidon que vous donnerez au centre de tri de déchet le plus proche de chez vous.

Bien, nettoyez donc votre pièce avec un sopalin (un essuie-tout si vous préférez), puis mettez-la soit dans un four à UV, afin de solidifier la pièce, soit au soleil (ne la laissez pas trop longtemps au soleil, surtout en été, cela pourrait faire fondre la pièce !) comme ceci :

Ne regardez en aucun cas la lumière directement dans les yeux, vous pourriez perdre la vue !
Ne regardez en aucun cas la lumière directement dans les yeux, vous pourriez perdre la vue !

Laissez donc votre pièce reposer 3 minutes maximum d'un côté, puis retournez-là par la suite afin de finaliser le processus de solidification.

Et voilàààà ! Votre pièce est désormais prête à être contemplée ! Je vous en prie, admirez :

Parfait, vous avez donc pu constater de la facilité qu'a cette imprimante à être utilisée. Vous pouvez aussi constater que l'on tombe sur un rendu vraiment top pour le prix (meilleur rapport qualité-prix, de par la taille de son plateau mais aussi de ses performances).


III) Conclusion

Malheureusement, rien n'est parfait et cette imprimante n'échappe pas à la règle ! On peut en effet remarquer que le ventilateur permettant de refroidir les leds à UV est particulièrement bruyant, ce qui la rend assez rapidement agaçante si l'on est à côté (ce que je déconseille, de part les odeurs toxiques de la résine, mais c'est à vous de voir). Aussi, on regrettera l'absence de masque de filtrations (même des petits masques auraient fait l'affaire, ici on se sent obligé de repasser encore une fois à la caisse ce qui est particulièrement frustrant).

Bien évidemment, cette imprimante s'entretient, notamment avec les filtres permettant de filtrer le bassin de résine et de récupérer cette dernière, afin de changer de résine par exemple. Aussi, il faut prendre en compte que l'écran LCD est un consommabel qui s'use à force de l'exposition répétée aux UV. De ce fait, vous devrez de temps en temps changer d'écran (trouvable à 30 € sur Aliexpress) ; c'est aussi le cas pour le film FEP qui peut parfois devenir inutilisable ou rayé (je ne sais pas comment, mais imaginons), c'est pour cela que le fabriquant en fournit un, ce qui est très appréciable il faut le préciser.

Bein évidemment, une série de tutoriels sera disponible (pour les personnes qui le souhaitent bien entendu) afin d'effectuer les étapes d'entretien sereinement. Si vous ne souhaitez pas attendre, vous pouvez aussi bien vous réferer à la chaîne YouTube du constructeur, où vous y trouverez une série de tutoriels vidéos quant au changement du film FEP ou remplacement de l'écran LCD.

Bien bien, cette imprimante est donc une belle surprise de par sa conception ainsi que de sa facilitié d'utilisation (environ 15 minutes de montage, et même pas 5 minutes pour « slicer » un fichier à imprimer quand on a le coup de main). Je recommande donc fortement cette imprimante, tout en vous rappelant que ce genre de machine est un vrai investissement (les produits à utiliser et à entretenir, tout ça). C'est pour cela que je vous sugère d'y réfléchir mûrement, surtout si c'est juste pour faire deux ou trois figurines avec, ça ne vaut pas le coup.

Il existe aussi plusieurs types de résines utilisables, comme la résine lavable à l'eau, qui permet de se débarraser de l'alcool au nettoyage et d'utiliser uniquement de l'eau (je précise qu'il ne faut pas laisser l'eau dans l'évier mais bien la mettre à part !), mais n'ayant pas pu tester ce produit, je me contente de rester sur ma résine habituelle. Peut-être cela fera-t-il l'objet d'un prochain article de test ? 🙂


Dans tous les cas, si vous avez des questions, n'hésitez surtout pas à m'en faire part dans les commentaires, j'y répondrai avec joie ! 🙂

Sur ce, bonnes impressions à tous ! ;)

1 commentaire

Connectez-vous pour laisser un commentaire

Suivez-nous

Venez, on n'est pas méchants, on est même très sympas ! 🙂

Nouveaux sujets

probleme emulation GBA
30 March 2020, 14:00 par avensis

Catégories

Archives

Bannière Hypsoma

Suivez-nous

Venez, on n'est pas méchants, on est même très sympas ! 🙂

Catégories

Archives