L’instant Culture JV n°10 - Le jour où Nintendo breveta la croix directionnelle

L’instant “Culture JV (pour Jeux Vidéo) est une série d’articles (anciennement) hebdomadaire ayant pour but de révéler à ses lecteurs gamers des secrets ou des mystères profondément enfouis. N’hésitez pas à réagir en commentant cet article et à nous donner des idées pour nos prochains numéros via un mail ayant pour objet “Idée ICJV”. Bonne lecture !

Prenez n’importe quelle manette ultérieure à la période des potentiomètres (après la Game & Watch donc, oui oui, ça marche même avec celle de la CDi). N’importe quelle manette j’ai dit (bon, certes, pas celle de la Microvision). Bien. Regardez-la attentivement. Sans être Akinator ou un autre génie du web, je peux vous affirmer avec quasi-certitude que celle-ci possède une croix directionnelle. La mention Game & Watch n’y est pas pour rien. On attribue en effet à Nintendo l’invention de la croix directionnelle. Et si je vous disais que la firme l’avait brevetée en 1982 ?

NES croix directionnelle patent brevet

Le principe de croix directionnelle n’est cependant pas nouveau. On peut en outre citer certaines bornes d’arcade comme Vanguard (SNK) utilisant pour la direction quatre boutons séparés ou des consoles comme l’Intellivision de Mattel (dont la “croix directionnelle” n’était autre qu’un disque, dont les bords étaient sensibles, pouvant être actionné dans 16 directions, résultant en un hybride entre le futur D-Pad et le joystick). Mais il faut croire qu’il a fallu attendre 1982 et l’illustre Gunpeï Yokoi afin de voir la première croix directionnelle d’un seul tenant. Elle a alors accompagné les Game & Watch, et aussitôt, Nintendo déposa un brevet très détaillé sur ce concept d’une utilité capitale.

SONY DSC

La Game & Watch du jeu Donkey Kong. La croix directionnelle qu’elle présente va être jalousement gardée par Nintendo pendant plus de 30 ans !

Rappelez-vous du petit test en tête d’article. Vous vous demanderez alors : “Mille millions de sacrebleu, comment se fait-il que la quasi-totalité des manettes possède une croix directionnelle ‘vindieu ?!“, et je vous répondrai que la “faille” qui permettait aux autres constructeurs d’exploiter la croix directionnelle était dans le brevet lui-même. Nintendo a joué sur l’exhaustivité du modèle, et de ce fait, un système qui divergeait suffisamment de celui-ci pouvait aisément contourner cet obstacle.

brevet nintendo croix directionnelle 1982 gunpei yokoi game and watch

Le fameux brevet qui changea les manettes en 1982. En bien comme en mal.

La croix de Nintendo repose sur un socle circulaire, avec une boule qui ressort en son milieu, caché sous la coque, ne laissant visible que la forme d’un “+”. Ainsi, la plupart des constructeurs ont joué sur l’apparence même de celle-ci, en optant pour une croix directionnelle incrustée dans un cercle visible sur la manette. Eh oui, toutes ces manettes dont la croix est un cercle moulé ne répondent pas qu’à un choix esthétique ou budgétaire, il s’agit surtout de contourner le brevet. Les SEGA, PC Engine et autres consoles (GX4000, TurboGrafx, première Xbox, 360 et une ribambelle de consoles méconnues) avaient ainsi comme particularité de toutes partager dans leur manette une croix dissimulée dans un cercle.

SONY DSC

Certains trouveront ces croix qui furent représentatives de l’époque, peu esthétiques ; qui aurait cru qu’il s’agissait alors d’une contrainte légale ?

D’autres consoles ont eu une approche différente du problème. La Commodore CDTV a simplement totalement mis de côté le principe de croix en un bloc et a privilégié quatre boutons séparés (proches du design choisi par Sony ultérieurement). De même, la PlayStation a “séparé” les quatre boutons de la croix (cependant d’un seul tenant) et retiré le disque sous la partie visible de la croix, invalidant le pouvoir du brevet sur la manette iconique de Sony. SEGA, jusqu’alors attachée aux croix directionnelles en forme de cercle, décide de développer pour sa Dreamcast une croix qui en façade sera identique à celle de Nintendo, mais dont le système plus alambiqué aura comme mérite de contourner le brevet. En effet, plutôt que de placer la boule (qui permet l’équilibrage de la croix) sur la croix elle-même, SEGA l’a placée sur son support (possédant les récepteurs des directions).

sega Dreamcast pad croix directionnelle brevet

La massive manette de la Dreamcast. Crédits à nfgworld.com pour les images

D’autres firmes prennent le problème de manière plus fourbe, à l’instar de SNK et sa manette de la Neo-Geo, dont le design ressemble à s’y méprendre à un joystick, mais qui ne capte en réalité que les quatre directions principales, faisant d’elle une croix directionnelle dissimulée de manière originale afin de ne pas rentrer en conflit avec la firme au plombier.

Neo geo controller d pad croix directionnelle joystick brevet

Visuel de la manette de Neo-Geo au-dessus, exhibant un joystick. En réalité, le système ne s’articule que sur quatre axes (image du bas).

Le brevet de Nintendo est tombé à expiration en 2005, faisant de la manette de la Xbox 360 la dernière à être contrainte par ce brevet. Nintendo endossait alors durant ces trente dernières années jusqu’à une époque récente l’un des brevets sans doute les plus contraignants du monde du jeu vidéo. Cependant, il est à noter que Nintendo a également décidé de ne pas renouveler le brevet alors que la firme aurait été dans son droit. De ce fait, la manette de la Xbox One possède une croix pareille à celle que Nintendo avait jusqu’alors gardée jalousement.

Xbox One controller pad manette croix directionnelle nintendo brevet

Contrairement à ses aînées, la Xbox One affiche fièrement une croix directionnelle en forme de croix !

Aujourd’hui, Nintendo semble s’être décidé à lutter définitivement dans la “guerre des brevets”, après avoir reçu notamment quatre procès ces dernières années, dont un qu’il a perdu face à la firme norvégienne Philips en 2011 pour le motion control et trois autres qu’elle a remportés concernant successivement la Wii Balance Board, le double-écran de la famille des DS et l’interface du menu de la 3DS par trois patent troll (entreprises dont la principale motivation est de poursuivre en justice des firmes en cherchant des failles dans leurs brevets) différentes. L’entreprise a d’ailleurs perdu un autre procès intenté par un ancien employé de Sony concernant la technologie 3D sans lunettes, devant lui dédommager d’une somme de 30 millions de dollars plus un dollar par console vendue. Autant dire que c’était ses enfants qui étaient gâtés lors des étrennes.

Dans le monde du jeu vidéo, Nintendo n’est pas la seule compagnie a avoir eu un brevet sur quelque chose qui semblait pourtant à la portée de tous les développeurs et éditeurs.

Vous voulez un exemple ? Les mini-jeux pendant les temps de chargement (Namco), le scoring à base d’actions “classes” et de figures (Microsoft), le vibreur dans les manettes (une compagnie tierce, Immersion), la boussole dans les jeux impliquant la conduite (SEGA). 

Bref, les brevets, dans le fond c’est bien, mais souvent ça pue. À bon entendeur.

Allez, juste avant qu’on se quitte, jetez un coup d’œil à l’historique des manettes dans le jeu vidéo. Auriez-vous vraiment cru, avant cet article, que la croix directionnelle pouvait être brevetée ?

Historique manette jeux nintendo brevet croix directionnelle

Cliquez sur l’image pour afficher l’historique complet des manettes du jeu vidéo !